NOOR I, premier lot de la gigantesque centrale solaire de Ouarzazate, est composé de près de 500 000 miroirs cylindriques thermiques, rangés en 800 lignes qui suivent le mouvement du soleil.

Bien que leur technologie est plus coûteuse que celle du photovoltaïque, les capteurs solaires thermiques ont été choisi pour leur avantage de continuer à produire de l’énergie même après coucher de soleil; ils permettront de générer plus de  160 MW. 

Chaque miroir parabolique est de 12 mètres de hauteur, il se concentre sur une conduite en acier portant une «Solution de Transfert de Chaleur »; cette dernière est chauffé à 393° C en serpentant le long de la cuvette avant le bobinage dans un moteur thermique, où elle se mélange avec de l’eau pour créer de la vapeur qui fait tourner les turbines de production d’énergie.

La solution est constituée d’une huile thermique synthétique, elle est pompée vers un réservoir de chaleur contenant des sables fondus qui peuvent stocker l’énergie thermique pendant trois heures, permettant d’alimenter des maisons pendant la nuit.

Principe de fonctionnement des capteurs thermiques
Principe de fonctionnement des capteurs thermiques

Vers sa fin,  le complexe de 3 tranches, qui sera géré par MASEN (Moroccan Agency for Dolar Energy),  occupera une superficie égale à la capitale Rabat, et produira 580 MW , suffisante pour alimenter près de 1 Millions de demeures. 

Ce projet géant,  a coûté  9 milliards de dollars, dont une grande partie a été financée par la Banque européenne d’investissement et la Banque mondiale.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE