Samedi 12 Décembre 2015 à Paris, les représentants de 195 pays participants à la conférence internationale sur le climat COP21, ont adopté à l’unanimité, un accord mondial pour lutter contre le réchauffement climatique. Voici les points essentiels de l’accord.

1. Contenir le réchauffement en dessous du 2°C  voir moins de 1,5°C

L’objectif initial de la COP21 visait à contenir le réchauffement bien en dessous de 2°C par rapport aux niveaux préindustriels. Sous la revendication des petits pays menacés par la montée du niveau de mer, l’accord a recommandé la poursuite des efforts pour limiter les hausses.

2. Différencier les efforts de manière équitable

Les efforts demandé aux différents pays, doivent être accomplis sur la base d’équité, en fonction de leur responsabilité dans le réchauffement climatique,  et de leur niveau de richesse :

les pays développés continuent de montrer la voie en assumant des objectifs de réduction des émissions en chiffres absolues;

les pays en développement doivent continuer d’accroître leurs efforts d’atténuation à l’égard des contextes nationaux différents. Un soutien de ces pays s’avère nécessaire par les nations économiquement plus avancées.

3. Relever le plancher des 100 milliards de dollars

Les 100 milliards de dollars, promis d’être mobilisés pour le compte des pays pauvres chaque année d’ici à 2020, par les pays développés pour solder leur dettes climatiques; doivent être augmentées après 2020, pour faire face aux impacts de dérèglement climatiques que connaissent les pays pauvres, comme les sécheresses, les inondations, les cyclones et la montée des eaux.

4. Les pertes et dommages causés par le dérèglement climatiques ne sont pas compensé

L’accord reconnaît qu’il faut éviter et de réduire au minimum les pertes et dommages associés aux effets négatifs du changement, incluant les événements météorologiques extrême et les événements à évolution lentes, et d’y remédier, ainsi que le rôle joué par l développement durable dans la réduction du risque de pertes et dommages; mais, il mentionne que les parties doivent être renforcer la compréhension, l’action et le soutien sur cette question. Les pays du Nord, n’auront aucune responsabilité ou compensation pour les préjudices subis des pays du sud.

5. Revoir les engagements tous les cinq ans

Les  promesses de réduction d’émissions de gaz à effet de serre, sont aujourd’hui très insuffisantes pour contenir le réchauffement à  2 °C, et a moins de 1,5 °C.  Actuellement,  190 pays ont remis leurs contributions et mettent le réchauffement d’environ 3 °C.

Le texte e l’accord prévoit un mécanisme de révision de ces contributions tous les cinq ans ( à partir de 2025 si l’accord entre en vigueur en 2020).

Un dialogue facilitateur  doit être engagé dès 2018 entre les parties signataires.

6. Possibilité de retrait

L’accord devra être ratifié, accepté ou approuvé par au moins 55 pays représentant au moins 55 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre pour entrer en vigueur en 2020; mais à tout moment après un délai de 3 ans à partir de l’entrée en vigueur de l’accord pour un pays, il peut s’en retirer sur simple notification.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE