Personne ne peut nier le rôle du sol dans l’agriculture. Ce support qui résulte de la dégradation des roches-mères et qui s’enrichie en matière organique (humus) via des processus naturels, est indispensable pour les plantes puisqu’il joue le rôle du réserve et de fournisseur des  éléments requis pour leur croissance. L’urbanisation, l’accroissement des activités agricoles et industrielles ainsi que le changement climatique, provoquent une modification des fonctions des sols ce qui entraîne leur dégradation continue, et limitera ainsi le développement de l’agriculture face aux besoins accrus de l’humanité.

L’une des solutions alternatives à l’utilisation des sols, est le recours aux techniques de culture hors-sol, L’hydroponie (travail avec l’eau comme l’indique son nom), qui consiste à nourrir les racines des plantes qui se trouvent dans un substrat (par exemple, dans des pains de laines de roches) en utilisant une solution aqueuse contenant les nutriments dont les plantes ont besoin; ce principe permet à la plante d’avoir un meilleur accès à l’oxygène, à l’eau, ainsi qu’à la nourriture. Beaucoup de cultures sont pratiquées en hors-sol, notamment le maraîchage et les cultures florales.

Les cultures hors-sol ont beaucoup évolué depuis les années 40 du XXe siècle, pour aboutir à des techniques performantes et plus économes comme l’Aéroponie (travail dans l’air), et qui ne nécessite pas de substrat pour pratiquer les cultures. A l’inverse de l’hydroponie, les racines des plantes ne se plongent pas dans la solution nutritive pour en puiser les nutriments, mais elles se trouvent dans l’air, brumisées par une solution nutritive.  Permettant ainsi d’utiliser l’énergie à la croissance des parties désirées (feuilles ..) au lieu de la gaspiller au niveau des racines pour chercher les nutriments.

aeroponic-system_1
Schéma simplifié d’un système aéroponique

On distingue différents systèmes d’aéroponie selon la technique de pulvérisation de la solution nutritive sur les racines:

1. Aéroponie Basse Pression

C’est la technique la plus simple à  monter. La solution nutritive est pulvérisée à travers des gicleurs avec une pompe qui délivre un gros débit (relativement) avec une faible pression. Appelée « Fake Aero Growing», l’aéroponie basse pression ne diffère de l’hydroponie que par le fait d’empêcher les racine de contacter la solution nutritive, elle ne permet pas vraiment des résultats plus importants que l’hydroponie.

2. Aéroponie Haute Pression

Il est évident que la proportion Eau/Nutriments et Oxygène disponible au niveau des racines compte beaucoup pour le développement d’une plante puisque la grande partie de l’oxygène captée se fait au niveau du système racinaire. C’est pour cela que l’Aéroponie Haute Pression considérée comme  « True Aero Growing» est révolutionnaire.

On en utilise pas des gicleurs qui pulvérisent, mais des buses qui à l’aide de la haute pression brumisent la solution nutritive sur le système racinaire. Cette brume este idéale si ses gouttelettes ont une dimension d’environ cinquante microns, qu’est la dimension des pores situées sur les racines. Ainsi on aura une capacité d’assimilation des plantes au maximum avec un échange optimisé entre les racines et le milieu de propagation.

3. Aéroponie Haute Pression à Air Comprimé

Aussi appelée (HPA AA) «High Pressure Aeropononic Air Atomized», elle est encore plus développée, puisque ses buses sont connectées à un compresseur d’air pour atomiser la solution nutritive. Ce système permet de maîtriser la dimension des gouttelettes en jouant sur la pression de l’air, et de maîtriser aussi la pénétration de la solution nutritive dans le système racinaire avec des buses fonctionnant avec de l’eau déjà sous pression où la solution nutritive arrive avec une certaine pression et se projette via la buse avec l’air comprimé, permettant un meilleur déplacement de l’air au travers des racines et plus d’apport d’oxygène.

A suivre.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE