La « Semaine mondiale de l’eau » organisée par le « Stockholm International Water Institute » (SIWI) est non seulement un cadre d’échange privilégié pour débattre autour des grandes problématiques de l’eau mais aussi un contrat de confiance avec les jeunes. 

Un événement aussi planétaire, qui est axée sur le thème des eaux usées et de leur réutilisation  en cette édition, n’exclut pas la participation de la communauté juvénile. Cette rencontre est aussi l’occasion de remettre un prix d’envergure, le Stockholm Junior Water Prize crée en 1997. Ce prix international pour les jeunes de 15 à 20 ans participe à la mise en avant des questions liées à la protection, à l’utilisation et au partage de l’eau.

C’est ainsi que deux étudiants des États-Unis, Ryan Thorpe et Rachel Chang, ont reçu mardi 29 Août le prix 2017 Water Junior de Stockholm pour leur projet. Les étudiants ont construit un système qui détecte et purifie l’eau contaminée par Shigella, E. coli, Salmonella et Cholera plus rapidement et plus sensiblement que les méthodes conventionnelles.

Leur système détecte à l’échelle d’une colonie de bactéries reproductrices par litre de manière instantanée et élimine toute présence bactérienne en environ dix secondes. En revanche, les méthodes conventionnelles ont des limites de détection allant jusqu’à 1000 colonies et prennent un à deux jours. Cette approche avant-gardiste voire novatrice pourrait empêcher la contraction et l’épidémie de maladies d’origine hydrique et assurer l’accès l’eau potable dans le monde entier.

Le jury n’a pas tari d’éloges sur les deux jeunes américains. En effet, il a affirmé que le projet répond à l’un des plus grands défis. Il s’agit de l’approvisionnement en eau potable. Ceci dit il ne faut pas passer sous silence sur ce qu’il apporte implicitement, aussi bien pour les pays développés qu’au pays en voie de développement, quant à assurer la sécurité hydrique et améliorer ainsi la vie de la population mondiale.

Référence: 1

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE