MSL : Le système d’épuration marocain

0
978

L’épuration des eaux usées faisait toujours l’objet des travaux de recherches, afin de trouver un moyen plus efficace et moins coûteux, rendant ces eaux sans risque et même utilisables.

Nécessitant des grands investissements, les systèmes d’épuration connus comme le lagunage naturel ou bouts activé ne peuvent toujours être mis en place pour les petites agglomérations rurales. Pour cette raison, un groupe de chercheurs marocains de l’Université Cadi Ayyad à Marrakech a pu concevoir un système de filtration des eaux usées fait-maison basé sur des couches de terre et de gravier.

Le prototype est testé à Tlat Marghen dans la région du Haouz (40 km de Marrakech), en collaboration avec ses habitants, a permis de collecter les eaux usées domestiques de 8 ménages (72 personnes) pour les stocker dans un réservoir, puis acheminées vers un bassin de décantation de la matière en suspension pour passer par ce Système de Stratification Multi-Sol (MSL), qui a éliminé la pollution solide et organique, l’Azote, les coliformes fécaux, l’E.Coli et les Streptocoques de ces eaux.

Facilement montable, le MSL peut être fabriqué avec des matières locales. Il est composé de briques filtrantes contenant de du sable, du charbon de bois, de sciure de bois et de ferraille tous assemblés et alternés avec du gravier, et emballés dans des barils  à travers lesquels l’eau se filtre : Les briques à elles seules éliminent les déchets organiques, alors en alternance avec les gravier ils devient efficaces pour tuer les pathogènes.

Le système est une simple technologie de faible coût qui peut filtrer l’eau à très faible coût (matière locale et pas de frais énergétiques), nécessitant moins de maintenance (colmatage moins fréquent), et peut durer jusqu’à 20 ans. Il sera une solution optimale pour être utilisé dans  les régions rurales arides pour purifier l’eau et la réutiliser en irrigation.

Toutefois, il reste toujours insuffisant pour sa réutilisation en eau potable (reste un traitement en chloration et Ultra-Violet), pour les métaux lourds et les pathogènes les plus résistants comme le Choléra et la Salmonelle.

 A noter que les résultats  de l’expérience ont été publiés dans l’International Journal Of Hygiene & Environnemntal Health le 13 Octobre 2017.

Sources : 1

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE