Le désert est un environnement extrême, où les conditions climatiques marquées par le manque d’eau et les températures élevées, rendent la vie quasiment  difficile voire impossible pour l’être humain et ses besoins.

Depuis plusieurs décennies, le désert acquiert annuellement plus de terrains (6 Millions d’Hectares par An), ce qui crée un flux migratoire intensif de la population locale vers des zones habitables.

Vivre au désert est désormais possible, grâce au Sahara Forest Project, le projet de création des oasis artificielles autonomes capables de produire de la nourriture, de l’énergie et de l’emploi, sur les côtes des déserts d’Afrique, du Moyen Orient, d’Australie, d’Espagne et des Etats Unis.

Le fonctionnement des oasis artificiels repose sur la combinaison de deux technologies :

1. Seawater Greenhouse  cette serre utilise l’eau de mer et la température ambiante élevée pour deux objectifs, d’abord l’humidification de l’air chaude qui pénètre la serre en traversant un premier évaporateur remplie d’eau de mer pour créer un microclimat favorable à la culture, et puis la récupération d’une eau fraîche distillée, par la condensation de la vapeur contenue dans l’air humide à la sortie en passant par des tubes d’eau de mer froide, pour qu’on puisse avoir l’eau fraîche distillée qui sera utilisée pour l’irrigation des cultures, l’eau potable, et dans la production de l’électricité de la centrale solaire.

Schéma de fonctionnement d’une Seawater Greenhouse

2. Centrale Solaire à Concentration (CSP) avec un échangeur de chaleur, la centrale préchauffe l’eau distillée de la serre par l’air chaude du milieu, et la mène à ébullition avec la concentration des rayons solaires via des miroires paraboliques, la vapeur qui en résulte fait tourner des turbines qui produisent de l’électricité.

En outre, on peut produire aussi du sel, des halophytes (végétaux tolérants à la salinité) pour fourrage du cheptel, et des algues pour le biocarburant.

L’investissement pour une oasis artificielle contenant 20 ha de serres SeaWater GreenHouse et une centrale électrique CSP de 10 MW s’élève à environ 80 Millions Euros.

Sahara Forest Project était présenté pour la première fois à la Conférence des Parties des Nations Unis pour le Climat en 2009 à Copenhague.  Les projets pilotes ont été mis en oeuvre au Qatar à la ville industrielle Oum Said, pour se refaire en Jordanie au désert d’Alaqaba, et en Tunisie  par la suite. Il est supporté par l’Union Européenne et le Royaume du Norvège.

 

1 2 3

3 COMMENTAIRES

  1. Hallo Angelo, Wij zijn vorig jaar ingetrokken in onze nieuwe woning met in de tuin een serre van de vorige eigenaar. We zijn met deze serre heel blij en willen hier graag tomaten in kweken. Op het www, en jouw YouTube filmpjes natuurlijk, hebben wij ons daarom verdiept in het hele proces. We hebben alleen één dilemma, de grond in de serre is totaal op, lees fijn zand! Vraag is nu, gaan we best nieuwe grond aanvoeren of beter in potten kweken? De serre is 9 op 3 meter! Groet, Ferry

  2. I suoi Supertrees in particolare sono tra le icone più conosciute della città, ma le due serre presenti nel parco sono altrettanto uniche e meravigliose, la Cloud Forest in particolare. L’ingresso al parco è gratuito, mentre quello alle serre è a pagamento.

LAISSER UN COMMENTAIRE